Mon challenge No Buy - L'après

by - 1.7.19


Ici en mars, chez Lazy Oaf. Y retournerai-je lors de mon prochain week end à Londres ? 

Salut Salut :)

En mai dernier, suite à une conférence de l'ADEME sur la mode responsable et le désastre écologique que représente la fast fashion, je décidais de me challenger, en n'achetant aucun vêtement pendant 45 jours. Je voulais aussi en profiter pour m'informer sur les alternatives à ma disposition, pour pouvoir craquer responsablement après ma période de disette. En étant tout à fait honnête, j'espérais aussi faire quelques économies, ayant en vue quelques billets d'avion qui nécessiteraient toute l’attention de mon compte en banque.

Alors, ai-je tenu ?

Oui, je n'ai effectivement acheté aucun vêtement ou accessoire de mode durant mon challenge. 45 jours, c'est pas non plus la mer à boire, surtout quand mes tiroirs sont de base bien remplis, et que j'ai eu plaisir à retrouver mes trésors du printemps dernier, après des mois de pulls bien rébarbatifs. J'ai également reçus quelques pièces (2 paires de chaussures, une paire de sunnies) issus de partenariats préalablement dealés. Ces pièces m'ont sans aucun doute aidé à ne pas succomber à la tentation en magasin, en m’apportant cette petite adrenaline qu’on connait si bien. Mais, à mon grand étonnement, j’ai remarqué un changement tres significatif dans ma manière de percevoir la fast fashion durant ce challenge.



Au départ, j'ai fait très attention à ne pas être tentée : désinscription aux newsletters shopping et détournement du regard quand je croisais des vitrines alléchantes. Mais ces dernières semaines, je n’ai eu besoin d’aucun stratagème pour ne pas craquer. Je n’en ai tout simplement pas du tout eu envie.

Là où ça se corse, c'est en réalisant qu'en dépit de mes efforts pour dénicher des marques responsables en phase avec mon style, je ne tombe que sur des marques aux belles valeurs... mais terriblement loin de mon univers. Souvent classiques dans les couleurs, ou le style, parfois vraiment trop austères à mon goût. Heureusement j’ai eu quelques marques coups de coeur tout de même, mais ça se compte sur les doigts de la main droite pour le moment. Je vais essayer de vous faire decouvrir tout ça ces prochains mois ! Et puis, en vérité, je ne les ai moi même pas encore testées, du fait de mon challenge... cqfd !

Pour assouvir mes envies mode, il reste aussi la seconde main. Les friperies, et Vinted. C'est bien. Mais je peine également à trouver les dernières nouveautés, les petites pièces tendances qui me font vibrer. J'aimerais consommer mieux la mode, mais ne pas sacrifier mon style pop et fun, si possible.

Le penchant positif étant que ne pas shopper m'a laissé un temps fou pour d'autres activités : j'ai repris la lecture avec bonheur, ainsi que plusieurs petits travaux DYI que j'avais sur le feu depuis - quand même - au moins deux ans. J'ai aussi pris un immense plaisir à m'occuper de mes plantes et de ma maison en général. Je me dis donc... pourquoi ne pas apprendre à coudre pour creer moi même mes vêtements ? Ce serait l’idéal car je contrôlerais tout, la qualité autant que la provenance des matieres.

Donc au final, de ce challenge, j'en retire quoi ?

J'ai bien l'impression que cette petite période de jachère vestimentaire m'a permis de faire le point sur mon style, sur ce que j'aime porter. Je me sens donc beaucoup moins à même de craquer sur des tendances qui ne me correspondent pas, et qui finiront données ou revendues en l'espace de quelques mois. Je ressens une vraie volonté de consommer mieux, et d'ailleurs, ce challenge a profondément marqué d'autres domaines de ma vie : par consommer mieux, j'entends donc aussi réduire mes déchets et ma consommation de plastique, et me tourner vers des achats alimentaires plus responsables. J'ai d'ailleurs beaucoup cuisiné pendant mon challenge, et j'en ai retiré un plaisir certain.

A mon grand étonnement, il m’est arrivé de me sentir dégoûtée par les fringues, au moment du lancement des soldes par exemple. Le côté consommation de masse, que je n’avais jusque là jamais remis en question, m’a soudain frappé en pleine face.

Je ne vais pas vous dire que je ne shopperai plus jamais chez Zara & co. Je ne m’interdis rien, et d'ailleurs, je ne trouve pas particulièrement déraisonnable d'acheter des pièces qu'on va aimer et beaucoup porter. J'ai moi même des jeans H&M que je mets sans arret et qui sont increvables, ou d'autres pulls Pull & Bear qui tiennent très bien les années ! Et je ne m'en suis pas lassée. L'idée, c'est plutôt de limiter les achats impulsifs, ceux qui ne me vont pas, que je regretterai deux semaines plus tard, ou les tendances qui n'ont rien à voir avec mon style.

 Mais pour le moment, alors que mon challenge est terminé, je n’ai aucune envie de me ruer au centre commercial. Aucune sortie "soldes" n'est donc prévue au programme. Je suis la première curieuse de la suite, j’attends de voir si je vais durablement trouver de nouvelles solutions pour me vetir. L’avenir nous le dira 😊

Maintenant, parlez moi de vous ! Où en êtes-vous avec vos achats mode ? êtes vous adepte de la Fast Fashion ou plutôt du vintage ? J'ai hâte de lire vos expériences avec la mode :)




You May Also Like

9 COMMENTAIRES

  1. Hello! La couture n'est pas la solution car on ne contrôle pas la production de tissus qui est toute aussi dévastatrice ! la viscose détruit jes forêts, les colorants polluent les eaux, le coton est ramassé et filé par des gens exploités, voire des enfants... je couds tout ce que je porte depuis trois ans, et je vois bien que, dans le milieu de la couture, il y a toujours la fast fashion : on achète trop de tissu, on coud des trucs que l'on ne porte pas toujours... Il y a aussi cette boulimie. Les tissus responsables ne sont pas très fun en général... C'est un casse-tête de bien consommer en fait !!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je m'habille depuis plusieurs années rien qu'avec de la seconde main, dans des friperies, à la Croix-Rouge par exemple. Une pièce achetée 2€ que je porte et que je ramène la saison suivante à la Croix-Rouge, c'est tout bénef pour elle et pour moi aussi. Je ne mets plus jamais les pieds dans les magasins et ça ne me manque pas du tout. Bisous de maman

    RépondreSupprimer
  3. Je ne suis pas une taille standard (du 46), et j'ai beaucoup de mal à trouver des vêtements qui me plaisent (coupe, couleur, matière), donc je suis forcée d'être raisonnable. Lorsque je faisais une taille "standard" j'achetais quasi exclusivement en solde et braderie, ça me permettait d'avoir des belles pièces avec de belles coupes et de belles matières pour un prix abordable. En ce qui concerne l'achat de seconde main, le principe me plaît, mais dans les faits, je trouve peu de chose, et principalement des accessoires.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ton article. cest interessant d'avoir different points de vue pour comprendre son propre rapport aux vêtements. Pour ma oart et depuis 3, 4 ans je me suis beaucoup assagie (alors quil y a 10 ans quand je debarquais dans une grande ville pour aller a la fac, si je pouvais faire du shopping tous les jours je le faisais..). Je n'achète que quand jai vraiment besoin d'une pièce (un nouveau jean parce que l'ancien s'est troué et que pour aller bosser ca passe pas par ex, ou un nouveau pull pour affronter l'hiver). Je réfléchis si je vais vraiment la porter et si j'hésite je ne prends pas. Et souvent je n'achète pas tout de suite, j'attends de revenir une ou deux fois et si je le veux toujours je prends. Bien sur, il y a les achats gros coups de coeur où parfois je peux craquer direct, notamment les robes d'été colorées.
    Je me suis mise à Vinted pour vendre mais a part dans mes connaissances jai du mal à acheter ou récupérer des vêtements de seconde main. J'attends ton retour sur les marques, j'avoue ne pas encore orienter mon shopping sur des marques responsables en matière de vêtement.
    Bonne continuation a toi

    RépondreSupprimer
  5. Pas de fast-fashion ici, sauf chaussettes et autres sous-vêtements. Que de la seconde main ou du fait maison (être couturière est quand même une grande aide pour ne pas craquer) J'ai un réel dégoût pour les grandes enseignes et ce qu'ils font subir aux populations dans le besoin, tout cela pur en détruire une partie plus tard... Bref, bravo pour ton challenge, je pense que l'impression et les sensation que tu as vont te rester, c'est une réelle prise de conscience.

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ton article !!!! Pour ma part je fais presque toujours les magasins aux soldes dans des petites boutiques pour pouvoir m'offrir de belles pièces à des prix plus ou moins raisonnabless. Néanmoins hors de question de payer un t-shirt blanc tout simple à 40€. Je préfère pour les pièces toutes simples aller chez Kiabi qui a toujours les petits basiques pas cher. Pas l'idéal niveau éco responsable mais je ne jette mes habits que quand il y des trous et encore certaines pièces ressemblent au monstre de Frankenstein tellement je les aime. Je pense qu'il faut savoir se faire plaisir et toujours se demander si on aime vraiment la pièce et si on va la remettre. (Avec des pièces à minimum 100€ c'est plus facile de faire ce choix ��)

    RépondreSupprimer
  7. Pour ma part, j’ai fait la même chose, mais l’expérience était beaucoup plus longue, environ 6 mois. Je peux te dire que j’ai failli craquer plusieurs fois au début. Toutefois, on s’y fait très vite et je ne parle même pas des économies que j’ai pu faire, lol.

    RépondreSupprimer
  8. Pareil que ta maman ! Je n’ai pas acheté de fringues neuves depuis un bout de temps... par contre, je shope essentiellement sur vinted et dans les rayons friperie des recycleries... bravo pour cette expérience !

    RépondreSupprimer

Merci de passer par ici <3

Suivez moi sur Instagram : @Slanelle